Electronique Et Loisirs 055 - 2003 - Decembre

August 8, 2017 | Author: Ikram Ikram | Category: Home Automation, Input/Output, Analog Signal, Transistor, Ethernet
Share Embed Donate


Short Description

Download Electronique Et Loisirs 055 - 2003 - Decembre...

Description

http://www.electronique-magazine.com

n 55

CONTRÔLEUR DOMOTIQUE VIA L'INTERNET

DÉCEMBRE 2003

Animation : Stroboscope à fréquence réglable

N° 55 - DÉCEMBRE 2003

France 4,50 € – DOM 4,50 € CE 4,50 € – Suisse 6,50 FS MARD 50 DH – Canada 7,50 $C

Imprimé en France / Printed in France

Sécurité : Détecteur à transmission téléphonique

COMMANDE À DISTANCE À MODULE GSM SONY ERICSSON GM47

COU

Débutants : Flèche lumineuse à balayage variable

DE PROGRA M RS M

S

T7

ION AT

L'ELECTRONIQUE POUR TOUS n 55

INNOVATIONS… MONTAGES FIABLES… ÉTUDES DÉTAILLÉES… ASSISTANCE LECTEUR

LITE 0 9

Chaque mois : votre cours d’électronique

Document non contractuel

55

SOMMAIRE

Une flèche lumineuse à balayage variable ............................. 5 La simplicité du circuit que nous vous proposons ici nous a incité à classer cette réalisation dans la rubrique “Débutants”. Nous aurions également pu la classer dans “Sécurité” ou même dans “Marketing”! Nous vous suggérons quelques applications pratiques mais, rien ne vous empêche d’étendre le champ d’utilisation !

Un contrôleur domotique via l’Internet .................................... 10 première partie : le matériel Cet appareil gère des entrées et des sorties, analogiques ou numériques, par l’Internet. Idéal pour des applications de contrôle à distance d’une maison, il est muni d’une sortie alarme et d’un port bus I2C utilisable pour une extension du système à de nouvelles entrées/sorties numériques ou analogiques.

Un détecteur de fumée, de gaz ou de liquide à transmission téléphonique ........................................................

22

................................................

Un programmateur et un bus pour ST7LITE09 Nous allons, dans cette deuxième leçon, vous expliquer comment réaliser un bon programmateur et un bus pour ce microcontrôleur: SOFTEC nous a permis d’utiliser son programme INDART capable d’effectuer non seulement la programmation du microcontrôleur ST7LITE09, mais aussi le débogage en temps réel des fonctions du programme. Ainsi, en cas d’erreur, il est possible de déterminer tout de suite où se trouve l’instruction erronée. Dans cette première partie, nous nous occuperons surtout de la réalisation du programmateur proprement dit, laissant pour la deuxième l’objectif de construire le bus et l’alimentation.

Le bon d’abonnement

42

Cet appareil est capable d’activer un relais de sortie quand il est appelé à partir d’un téléphone fixe ou mobile préalablement habilité. La gestion des numéros autorisés se fait par l’envoi de SMS validés par mot de passe. Notre article vous propose de réaliser un ouvre-porte à distance mais le montage décrit peut également contrôler n’importe quel système dont la commande nécessite un relais. Il accède aux services GSM en utilisant un module Sony Ericsson GM47.

.....................................

50

troisième partie : le mode d’utilisation premier volet : transistors NPN et PNP Cet appareil de mesure permet de visualiser à l’écran de tout oscilloscope les courbes caractéristiques des transistors NPN ou PNP, des FET et même des thyristors et triacs. La première partie vous en a proposé l’analyse théorique approfondie, la deuxième vous a dit comment le réaliser. Cette troisième partie, en plusieurs volets, va vous expliquer de manière très détaillée comment utiliser correctement votre traceur de courbe.

Convertisseurs pour signaux A/N et N/A ............................... 60 Notre intention est aujourd’hui de vous expliquer comment convertir un signal analogique en un signal numérique constitué d’un niveau logique 0 quand aucune tension n’est présente sur la broche et d’un niveau logique 1 quand la tension positive d’alimentation y est présente.

Ce variateur de lumière puissant est en mesure de contrôler linéairement la luminosité d’une ou plusieurs lampes secteur 230 V de 750 W maximum, à partir d’un potentiel continu de 0 à 10 V appliqué à une entrée de commande opto-isolée. Appareil idéal comme unité de puissance d’un système d’éclairage contrôlé par ordinateur, il peut aussi bien être employé seul en reliant simplement son entrée à un potentiomètre que couplé à notre Radiocommande à sortie analogique ET492 : dans ce dernier cas, il devient un variateur de lumière à télécommande UHF.

les microcontrôleurs ST7LITE09

à module GSM Sony Ericsson GM47 .........................................

pour transistor, FET, THYRISTOR, etc.

Un feu à éclats ou stroboscope à fréquence réglable ........ 30

Leçon 2 - première partie

Une commande à distance

Un traceur de courbe

Le coût élevé des primes d’assurance incite chacun d’entre nous à prendre un maximum de précautions pour éviter le pire. Par exemple, le garage attenant à la maison, la piscine dont le niveau se trouve au-dessus des pièces les plus basse, la cuve de gaz du chauffage sont d’importantes sources de risque. Voici un émetteur radio codé, intégré dans un détecteur de fumée dans cet article, qui sera chargé de transférer le signal d’alarme à une centrale antiincendie/antivol fonctionnant par radio. Cette description est facilement adaptable à n’importe quel détecteur ou capteur de débordement de liquide ou de fuite de gaz.

Comment programmer et utiliser

55

Apprendre l’électronique en partant de zéro ......................... 68 Le principe de fonctionnement des récepteurs superhétérodynes deuxième partie : mise en application

Construction d’un récepteur Ondes Moyennes

35

Ce qui a changé avec les superhétérodynes modernes, par rapport à ceux des années trente, c’est seulement les composants actifs : en effet, les tubes thermoïoniques, ces mastodontes, si gourmands en énergie et en tension, ont été remplacés par les minuscules transistors, FET ou MOSFET, mais le principe de fonctionnement est resté inchangé. Cette Leçon, en deux parties, vous explique justement le principe de fonctionnement d’un récepteur superhétérodyne d’une manière simple et nous sommes certains qu’ainsi vous le comprendrez tous. Comme d’habitude, nous allons passer de la théorie à la pratique. Donc, après les formules et les tableaux de la première partie, vient maintenant le moment de présenter la réalisation d’un récepteur superhétérodyne simple pour ondes moyennes qui vous permettra de capter, le jour, les stations locales et, la nuit, différentes stations étrangères.

L es Petites Annonces ................................................................... 76 L’index des annonceurs se trouve page ................................... 76 Ce numéro a été envoyé à nos abonnés le 24 novembre 2003 Crédits Photos : Corel, Futura, Nuova, JMJ.

se trouve page 78

DÉBUTANTS : FLÈCHE LUMINEUSE À BALAYAGE VARIABLE

PROGRAMMATION : PROGRAMMATEUR ET BUS POUR ST7LITE09

La simplicité du kit que nous vous proposons ici nous a incités à le classer dans la rubrique “Débutants”. Nous aurions également pu le classer dans “Sécurité” ou même dans “Marketing” ! Vous pouvez utiliser ce montage pour indiquer une sortie, attirer l’œil d’un passant, désigner un article dans une vitrine, etc. Rien ne vous empêche d’étendre son champ d’utilisation !

Cet ensemble de kits vous permettra de réaliser un programmateur et un bus pour le ST7LITE09. SOFTEC nous a permis d’utiliser son programme INDART capable d’effectuer non seulement la programmation du microcontrôleur mais également le débogage en temps réel des fonctions du programme. Ainsi, en cas d’erreur, il est possible de déterminer tout de suite où se trouve l’instruction erronée.

EN1551 ... Kit complet avec boîtier ................................... 15,00 €

DOMOTIQUE: CONTRÔLEUR DOMOTIQUE VIA L’INTERNET Cet appareil gère des entrées et des sorties, analogiques ou numériques, par l’Internet. Idéal pour des applications de contrôle à distance d’une maison, il est muni d’une sortie alarme et d’un port bus I2C utilisable pour une extension du système à de nouvelles entrées/sorties numériques ou analogiques.

EN1546 ... Kit programmateur avec boîtier ........................ 35,00 € EN1547 ... Kit carte bus pour EN1546 ............................... 41,00 € EN1203 ... Kit alimentation ............................................... 34,30 €

ET493KS .. Kit complet sans le module EM100 ................ 135,00 € EM100 ..... Serveur sériel TIBBO EM100 .......................... 125,00 €

Cet appareil est capable d’activer un relais de sortie quand il est appelé à partir d’un téléphone fixe ou mobile préalablement habilité. La gestion des numéros autorisés se fait par l’envoi de SMS validés par mot de passe. Notre kit vous propose de réaliser un ouvre-porte à distance mais il peut également contrôler n’importe quel système dont la commande nécessite un relais. Il accède aux services GSM en utilisant un module Sony Ericsson GM47 incorporé sur la platine.

SÉCURITÉ : DÉTECTEUR DE FUMÉE, DE GAZ OU DE LIQUIDE À TRANSMISSION TÉLÉPHONIQUE Ce kit est un émetteur radio codé, intégré dans un détecteur, qui sera chargé de transférer le signal d’alarme à une centrale antiaccident/antivol fonctionnant par radio (ET423 par exemple). La centrale enverra cette alarme par téléphone grâce à un transmetteur spécialisé (ET420 par exemple). Ce kit est facilement adaptable à n’importe quel détecteur d’incendie, de débordement de liquide ou de fuite de gaz.

ER207

ER208

ER209

ER210

ER211

ER212

ER213

ET501 ...... Kit complet sans boîtier ................................... 25,00 € ET423 ...... Centrale d’alarme 2 zones seule ..................... 482,00 € Nombreux accessoires pour cette centrale ET423, détecteurs et capteurs ........................... nous consulter ET420 ...... Transmetteur GSM d’alarme (sans GSM) .......... 85,00 € ER207 ..... Détecteur de fumée à batterie .......................... 35,00 € ER208 ..... Détecteur de fumée à batterie longue durée ..... 11,50 € ER209 ..... Détecteur de fumée photoélectrique à batterie . 45,00 € ER210 ..... Détecteur d’incendie à batterie pour cuisine et garage ..................................... 28,00 € ER211 ..... Détecteur de fumée photoélectrique sur secteur 230 V ............................................ 70,00 € ER212 ..... Détecteur de monoxyde de carbone à batterie .. 70,00 € ER213 ..... Détecteur de méthane sur secteur 230 V ......... 99,00 €

12/2003

LABORATOIRE : TRACEUR DE COURBE POUR TRANSISTORS, FET, THYRISTORS, ETC Cet appareil de mesure permet de visualiser à l’écran de tout oscilloscope les courbes caractéristiques des transistors NPN ou PNP, des FET et même des thyristors et des triacs. Alimentation secteur. EN1538 .. Kit traceur de courbe complet avec son coffret 115,00 €

DOMOTIQUE : COMMANDE À DISTANCE À MODULE GSM SONY ERICSSON GM47

ET503 ...... Kit complet avec boîtier, GSM Sony Ericsson GM47 et antenne ............. 312,00 € GM47 ...... Module GSM Sony Ericsson seul programmé ....................... 240,00 €

RADIO : RÉCEPTEUR PO SUPERHÉTÉRODYNE

Récepteur superhétérodyne simple pour ondes moyennes (PO) qui vous permettra de capter, le jour, les stations locales et, la nuit, différentes stations étrangères. EN5039 ... Kit complet avec boîtier ................................... 74,00 €

MESURE : CONVERTISSEURS POUR SIGNAUX A/N ET N/A Cet ensemble de kits vous permettra de comprendre comment convertir un signal analogique en un signal numérique constitué d’un niveau logique 0 quand aucune tension n’est présente sur la broche et d’un niveau logique 1 quand la tension positive d’alimentation y est présente. EN1127 ... Kit platine interface série/parallèle sans boîtier EN1128 ... Kit platine expérimentale sans boîtier ............... EN1129 ... Kit extension thermomètre et thermostat sans boîtier ................................ ENDF1127W ... Logiciels pour EN1127 – 1128 - 1129 ........

71,00 € 13,00 € 35,00 € 35,00 €

CD 908 - 13720 BELCODENE Tél. : 04 42 70 63 90 • Fax : 04 42 70 63 95 Vous pouvez commander directement sur www.comelec.fr DEMANDEZ NOTRE CATALOGUE 32 PAGES ILLUSTRÉES AVEC LES CARACTÉRISTIQUES DE TOUS LES KITS Expéditions dans toute la France. Moins de 5 kg : Port 8,40 €. Règlement à la commande par chèque, mandat ou carte bancaire. Bons administratifs acceptés. De nombreux kits sont disponibles, envoyez votre adresse et cinq timbres, nous vous ferons parvenir notre catalogue général.

PASSEZ VOS COMMANDES DIRECTEMENT SUR NOTRE SITE : www.comelec.fr

Photos non contractuelles. Publicité valable pour le mois de parution. Prix exprimés en euro toutes taxes comprises. Sauf erreurs typographiques ou omissions.

LES KITS DU MOIS… LES KITS DU MOIS…

DÉBUTANTS EN1551

Une flèche lumineuse à balayage variable La simplicité du circuit que nous vous proposons ici nous a incité à classer cette réalisation dans la rubrique “Débutants”. Nous aurions également pu la classer dans “Sécurité” ou même dans “Marketing” ! Nous vous suggérons quelques applications pratiques mais, rien ne vous empêche d’étendre son champ d’utilisation !

Figure 1 : Parfois, peu de composants suffisent pour réaliser de ces montages très simples qui ont la faveur des jeunes électroniciens en herbe. Avec seulement deux circuits intégrés et une poignée de LED, vous pourrez réaliser cette flèche lumineuse à balayage variable.

Le NE555 IC1 est monté en multivibrateur astable. En tournant le curseur du trimmer R3 de manière à court-circuiter complètement sa résistance, une fréquence de 5 Hz environ sort de la broche 3 de IC1 et, dans cette condition, la vitesse de balayage des LED est maximale. Si nous tournons ce curseur pour le maximum de résistance, c’est une fréquence de 1 Hz environ qui sort de la broche 3 et la vitesse de balayage est alors minimale.

l s’agit, à coup sûr, d’une réalisation à la portée d’un débutant et, pour cela, elle a une indéniable utilité didactique sans pour autant négliger ses utilisations concrète : cet objet décoratif et attirant infailliblement l’œil, pourrait très bien trouver sa place dans une vitrine de magasin pour capteur l’attention du chaland sur un ar ticle ou un groupe d’ar ticles. On pourrait l’utiliser dans une exposition pour désigner, sur des panneaux ou des présentoirs, le point ou la chose dont on traite. On pourrait, également, flécher un parcours à indiquer au public, etc.

La fréquence de l’onde carrée sortant de cette broche 3 est appliquée sur la broche 14 d’horloge de IC2, un CMOS CD4017 ou HCF4017 diviseur par 10. En conditions normales, à chaque impulsion d’horloge arrivant sur la broche 14, un niveau logique 1 apparaît séquentiellement sur les broches : 3, 2, 4, 7, 10, 1, 5, 6, 9 et 11 (figure 3).

Une fois que vous aurez compris comment fonctionne le circuit, chacun de vous pourra facilement le modifier afin de l’adapter à ses propres besoins et trouver d’autres possibilités d’application.

Comme le montre le schéma électrique, les broches de sortie 3, 2, 4 et 7, correspondant aux quatre premières sorties, sont reliées aux bases des transistors TR1, TR2, TR3 et TR4 lesquels, entrant en conduction, allument les LED reliées à leurs collecteurs. A la cinquième impulsion d’horloge, mettant au niveau logique 1 la broche de sortie 10, étant donné qu’elle est connectée à la broche 15 de “reset” de IC2, le comptage se remet à zéro et repart de la broche 3 pour aller vers les broches 2, 4 et 7.

Le schéma électrique Comme le montre la figure 2, dans le schéma électrique du circuit ne figurent que deux circuits intégrés, un NE555 et un 4017 (on ne fait pas plus courant, le “fond de tiroir” par excellence !), plus quatre transistors NPN utilisés pour alimenter des groupes de LED en série.

ELECTRONIQUE

5

magazine - n° 55

DÉBUTANTS

C1

R1

C4 16

B

3 15 R2

7

4

8

B

2

6

3

14

2

1

R10

DL7

DL6

DL5

DL12 DL11 DL10

DL9

TR3 E

13

DL8

R9

TR2

B

5

R11

DL17 DL16 DL15 DL14 DL13

C B

7

C3

12 V

C

R6

R7 C2

DL1 C5

E

4

VITESSE

DL2

C

R5

IC2

DL3

TR1 E

10

R3

IC1

DL4

R8 C

R4

8

TR4 E

Figure 2 : Schéma électrique de la flèche lumineuse à balayage variable. Ce circuit est en mesure d’allumer à vitesse variable les LED reliées aux collecteurs des transistors TR1, TR2, TR3 et TR4. Les premières LED à s’allumer sont celles reliées au collecteur de TR1, ensuite c’est au tour de celles reliées à TR2, puis celles reliées à TR3 et enfin celles reliées à TR4 (voir dessin de la flèche figure 5).

L’alimentation

Vous avez sans doute déjà compris qu’aux autres broches de sortie 10, 1, 5, 6, 9 et 11 on aurait pu relier les bases des cinq autres transistors NPN pour allumer les autres LED. Si vous voulez faire cette modification, vous devez vous rappeler de relier la dernière broche 11 du compteur à la broche 15 de “reset”.

Enfoncez et soudez, en haut à droite de la platine, les deux picots destinés à l’entrée des deux fils rouge et noir du 12 V d’alimentation que vous souderez une fois le montage dans le boîtier réalisé.

L’alimentation du circuit nécessite une tension continue de 12 V pouvant être prélevée sur une quelconque alimentation stabilisée ou bien sur une batterie rechargeable.

Montez toutes les résistances, en contrôlant soigneusement leurs valeurs (classez-les d’abord) et le trimmer R3 de réglage de la vitesse de balayage. Montez ensuite les condensateurs polyesters, en appuyant bien leurs boîtiers à la sur face du circuit imprimé et les électrolytiques, en respectant bien la polarité +/– de ces derniers (la patte la plus longue est le + et le – est inscrit sur le côté du boîtier cylindrique).

La réalisation pratique Mais revenons au schéma électrique de la figure 2 : sur les collecteurs des trois premiers transistors TR1, TR2 et TR3 on a relié en série quatre LED et sur le collecteur du dernier TR4 cinq LED sont en série. Ce qui laisserait supposer que R11 (820 ohms), en série avec les cinq dernières LED, ait une valeur moindre que les autres R10, R9 et R8 montées en série avec seulement quatre LED : or R11 a la même valeur qu’elles et, en effet, vous verrez, cela n’implique aucune différence de luminosité. Si vous voulez une luminosité supérieure, vous pouvez ramener cette valeur de 820 à 680 ohms.

+V

7

6

5

Si vous suivez avec attention les figures 4a, 5 et 6 et la liste des composants, vous ne rencontrerez aucun problème pour monter cette flèche lumineuse. Quand vous êtes en possession du circuit imprimé (dessin à l’échelle 1:1 figures 4b-1 et 4b-2), montez tous les composants comme le montre la figure 4a. Placez d’abord les 2 supports des circuits intégrés et vérifiez que vous n’avez oublié de souder aucune broche (attention : ni court-circuit entre pistes et pastilles ni soudure froide collée).

VCC

15

R 5 Q

GND

2

3

NE 555

CK

13

12

11

10

0

E CK

C OUT

9

4

2

6

7

3

Montez enfin les 17 LED rouges en respectant bien leur polarité (la patte la

9

B

8

1

F-F

14

Montez les transistors TR1 à TR4, méplats repère-détrompeurs tournés vers la gauche, comme le montre la figure 4a.

A

R

4

1

2

3

4

5

6

7

GND

4017

E

K

C BC 547

A

K

DIODE LED

Figure 3 : Schémas synoptiques et brochages des circuits intégrés NE555 et 4017 vus de dessus et repère-détrompeurs en U vers la gauche et brochages du transistor BC547 vu de dessous et de la LED vue en contre-plongée.

ELECTRONIQUE

6

magazine - n° 55

DÉBUTANTS 12 V C1 C2

R3

R1

C5

IC1 DIODE LED

R2

A

K

DL15

K DL1

C3

10 mm

DL13 K

K

K

K

K

K

K

K

K

K

K

K

K

DL2

IC2

K DL4

DL6

DL8

K DL10 DL12

DL17 DL16

R7 R6

R8

R9

R10

TR1

TR2

K DL14

R11

R5 C4 R4

TR3

TR4

Figure 4a : Schéma d’implantation des composants de la flèche lumineuse à balayage variable. Les têtes des LED sont à maintenir à 10 mm du circuit imprimé.

Liste des composants R1 .............1,5 kΩ R2 .............15 kΩ R3 .............50 kΩ trimmer R4 .............1,5 kΩ R5 .............1,5 kΩ Sauf spécificaR6 .............1,5 kΩ tion contraire, R7 .............1,5 kΩ t o u t e s l e s R8 .............820 Ω r é s i s t a n c e s R9 .............820 Ω sont des 1/4 W R10 ...........820 Ω à 5 % R11 ...........820 Ω C1 .............100 nF polyester C2 .............10 µF électrolytique C3 .............10 nF polyester C4 .............100 nF polyester C5 .............47 µF électrolytique TR1............NPN BC547 TR2............NPN BC547 TR3............NPN BC547 TR4............NPN BC547 IC1 ............Intégré NE555 IC2 ............CMOS 4017 DL1-DL17 ...LED rouges

plus courte, la cathode K, va à droite). Etant donné que ces LED doivent avoir leurs “têtes” toutes au même niveau (pattes conser vées à environ 10 mm de longueur), nous vous conseillons de les souder sans couper les longueurs excédentaires afin de pouvoir faire des retouches lors de l’installation dans le boîtier plastique. Assurez-vous de n’avoir rien oublié ni interverti. Insérez maintenant (à moins que, puristes, vous ne préfériez attendre la fin de l’installation dans le boîtier et que la toute dernière soudure soit refroidie !) les circuits intégrés, repèredétrompeurs en U orientés dans les sens montrés par la figure 4a, soit tous vers C1 pour IC1 et C4 pour IC2.

Figure 4b-1 : Dessin, à l’échelle 1:1, du circuit imprimé de la flèche lumineuse à balayage variable, côté composants.

Figure 4b-2 : Dessin, à l’échelle 1:1, du circuit imprimé de la flèche lumineuse à balayage variable, côté soudures.

Le montage dans le boîtier Aucun problème si vous regardez bien les figures 5, 6 et 7 et en particulier la figure 7 faisant office de gabarit de perçage du couvercle pour le passage des 17 LED. Percez donc dans ce couvercle

ELECTRONIQUE

7

magazine - n° 55

les 17 trous de 5 mm constituant la flèche (dans le plastique les forets à pointe pour le bois font merveille et on en trouve toute une série pour un prix dérisoire dans les grandes surfaces de discount, rappelez-vous pour un autre montage : ils vont aussi très bien dans

DÉBUTANTS

DL13 DL1

DL3

DL5

DL7

DL9

DL11

DL15

DL2

DL4

DL6

DL8

DL10

DL12

DL16

DL17

DL14

Figure 5 : Photo d’un des prototypes de la platine de la flèche lumineuse à balayage variable. Le dessin de droite montre comment sont disposées les LED (voir figure 2).

l’aluminium des faces avant ou des panneaux arrière). Si vous pouvez, faites ce travail avec une perceuse sans fil : on en trouve également dans ce type de magasins pour 30 euros ou moins. Faites une photocopie du gabarit de la figure 7 et collez-la sur le couvercle du boîtier, posez la pointe du foret au centre de chaque trou, appuyez fort, faites tourner le mandrin à la main quelques tours et finissez à petite vitesse, afin de ne pas faire de surchauffe, ce qui ferait fondre le plastique. Avec un foret normal (à métaux) de 8 mm environ, ébavurez légèrement ces 17 trous. Percez aussi les deux trous de 3 mm pour le passage des fils rouge et noir d’alimentation. Figure 6 : Montage dans le boîtier plastique de la platine de la flèche lumineuse à balayage variable. Elle est fixée à l’aide de deux vis autotaraudeuses. Le côté du boîtier doit être percé de deux trous rapprochés de 3 mm pour le passage des fils rouge et noir d’alimentation 12 V.

Fixez la platine au fond du boîtier à l’aide de deux vis autotaraudeuses, soudez les deux fils d’alimentation sans vous tromper de polarité (rouge + noir –). Reliez-les à l’alimentation stabilisée ou à la batterie rechargeable et réglez avec R3 la vitesse de balayage à votre convenance. Fermez le couvercle en y enfilant les 17 LED et en vissant la vis autotaraudeuse. Vous pouvez utiliser le petit appareil à votre guise. ◆

Comment construire ce montage ? Tout le matériel nécessaire pour construire cette flèche lumineuse EN1551 est disponible chez certains de nos annonceurs. Voir les publicités dans la revue. Figure 7 : Gabarit de perçage du couvercle du boîtier plastique. Photocopiez-le et collez-le sur le couvercle. Pratiquer 17 trous de 5 mm de diamètre à l’aide d’un foret à bois à pointe bien centré au milieu de la croix de chaque cercle.

ELECTRONIQUE

8

magazine - n° 55

Les typons des circuits imprimés sont sur www.electronique-magazine.com/ ci.asp.

DOMOTIQUE ET493

Un contrôleur domotique via l’Internet première partie : le matériel Cet appareil gère des entrées et des sorties, analogiques ou numériques, par l’Internet. Idéal pour des applications de contrôle à distance d’une maison, il est muni d’une sortie alarme et d’un port bus I2C utilisable pour une extension du système à de nouvelles entrées/sorties numériques ou analogiques.

verrons, d’ajouter à l’appareil de nouvelles entrées/ sorties, numériques et analogiques, est également disponible.

l y a quelques mois, dans l’article ET100DS du numéro 48 d’ELM page 42, nous présentions le nouveau module Ethernet Tibbo EM100 : son intérêt tient, entre autres, au fait qu’il est muni de deux por ts (un sériel et un Ethernet) et qu’il peut fournir et convertir le format des données entrant par un port en l’autre et vice versa. L’utilisation de ce module permet donc de relier tous les périphériques équipés d’un port sériel RS232 à un réseau LAN joignable par protocole TCP/IP. Le périphérique est donc accessible à partir de chaque poste relié au réseau local et, si le LAN a un accès vers l’extérieur, il est possible de se connecter à partir de n’importe quel ordinateur relié à l’Internet.

Pour pouvoir être atteint par l’Internet, il est nécessaire que le dispositif lui soit relié ! Soit directement (par exemple au moyen d’un routeur ADSL), soit par l’intermédiaire d’un LAN muni d’une connexion Internet. Les utilisations finales du système sont variées et applicables à toute situation dans lesquelles il est nécessaire de contrôler des entrées ou des sorties. La seconde illustration du début de l’article vous fournit des exemples d’applications domotiques (contrôle du chauffage d’une habitation). On voit qu’un capteur de température y est relié à une entrée analogique du circuit, tandis qu’une sortie numérique est en revanche connectée à un système permettant d’allumer/éteindre une chaudière. Ainsi l’usager, en se connectant de manière logicielle à un PC distant par l’Internet, est en mesure de lire la température mesurée par le capteur et éventuellement de commander l’allumage ou l’extinction de la chaudière. Un dispositif de vérification de l’état de la chaudière (relié à une entrée numérique du circuit) est également présent, ce qui permet à l’usager, après avoir commandé l’allumage ou l’extinction de la chaudière, de contrôler (toujours à distance) que la commande a été effectivement exécutée. On a aussi parlé d’une sortie d’alarme : en effet, le circuit dispose d’une fonction particulière permettant d’activer cette sortie lorsque certaines conditions sont vérifiées (on peut les spécifier par voie logicielle) sur certaines entrées (par exemple si une entrée numérique devient haute ou basse ou bien si une entrée analogique n’est plus comprise à l’intérieur d’une fenêtre de valeurs). Dans notre exemple, cette sortie est reliée à un

Notre réalisation Dans l’article ET494 (ELM 54 page 60 et suivantes) nous vous proposions un premier montage basé sur l’utilisation du module Ethernet Tibbo EM100 : il s’agissait d’une commande à distance de deux relais utilisés, en l’occurrence, pour allumer, éteindre ou redémarrer un PC. Le montage proposé ici est plus complexe et d’un emploi plus universel : le nouveau système permet de rendre disponibles une série d’entrées/sorties numériques et analogiques, lesquelles, si l’on utilise le module Ethernet EM100, peuvent être atteintes par n’importe quel ordinateur relié à l’Internet. Le circuit comprend huit entrées numériques, huit sorties numériques, huit entrées analogiques et huit sorties analogiques plus une sortie d’alarme. Un jack permettant, nous le

ELECTRONIQUE

10

magazine - n° 55

DOMOTIQUE

GSM Alarm System (déjà présentée dans nos colonnes) : ainsi, si la température détectée par le capteur dépasse un certain seuil, la sortie d’alarme est activée et l’usager est averti par SMS. Enfin notre exemple montre une extension des entrées ou des sorties : en effet, si les entrées/ sorties existantes ne sont pas suffisantes, on peut en ajouter car l’appareil est doté d’un port bus I2C pouvant en recevoir huit autres (entrées ou sorties numériques, mais huit au total). Voir l’article ET473 dans le numéro 47 d’ELM. Sur cette même ligne, on peut aussi relier une extension à huit sorties analogiques : la seconde partie de l’article vous les présentera. Cet exemple n’est qu’un schéma d’application domotique parmi d’autres possibles : l’appareil est en effet muni de plusieurs entrées/sorties avec lesquelles, en utilisant la même logique, on peut commander et contrôler la chaudière, certes, mais aussi bien d’autres systèmes comme une climatisation, un arrosage intégré, l’éclairage extérieur ou intérieur, des capteurs d’humidité, etc.

Jusqu’ici, nous avons sans cesse fait référence à une transmission par l’Internet. Cependant l’appareil peut également être utilisé avec une liaison RS232 allant au port sériel d’un ordinateur (dans ce cas il est nécessaire de se munir d’un convertisseur de formats TTL/RS232, comme l’interface déjà proposée précédemment, voir figure 11). La sélection de l’un ou l’autre mode se fait par les quatre micro-interrupteurs d’un dip-switch inséré dans le circuit (DS1). Cependant, si l’on sélectionne le mode Sériel, il est absolument nécessaire de déconnecter physiquement le module EM100 du circuit et de débrancher ce dernier du LAN, comme le montre la figure 11. Vous devez l’avoir compris, le montage se compose de deux parties : une section électronique (matérielle) dont le schéma électrique et le schéma d’implantation des composants sont analy-

ELECTRONIQUE

11

magazine - n° 55

sés dans cette première partie de l’article et une section logicielle (constituée par le protocole dont se sert le circuit pour communiquer et d’un programme Contrôle Maison constituant une application domotique complète pour une habitation) présentée dans la seconde partie, conjointement à l’extension bus I2C pour sorties analogiques (prochainement).

Le schéma électrique Les figures 2 et 3 donnent les schémas électriques des cinq sections constituant le circuit complet. Le premier, figure 2 en haut, est le schéma général : le cœur en est le microcontrôleur PIC16F877-EF493 déjà programmé en usine (U3). En effet, il s’interface d’un côté (à travers ses broches 25 à 28) directement au module Ethernet EM100 (U2), de l’autre il s’interface (broches 2 à 10 et 16 à 19) avec les sections restantes constituant les futures entrées/sorties analogiques ou numériques. En outre, à travers son port RC5 (broche 24), il commande le relais RL9 constituant la sortie d’alarme.

DOMOTIQUE seur d’ondes PWM en niveaux de tensions. En effet, le microcontrôleur, par voie logicielle, produit sur ses broches 16 et 17 une onde PWM dont le rapport cyclique est proportionnel au niveau de tension de sortie désiré. Les MOSFET, les condensateurs et les résistances (T2, C10 et R17 pour la sortie O) convertissent l’onde carrée en un niveau de tension (la valeur de la tension produite en sortie peut être comprise entre environ 0 V et environ +12 V).

Figure 1 : Les interfaces du dispositif.

LED ALIMENTATION 8 ENTRÉES ANALOGIQUES

2 SORTIES ANALOGIQUES

LED SIGNALISATION MICROCONTRÔLEUR

LED SIGNALISATION LIGNE ETHERNET

8 ENTRÉES NUMÉRIQUES

8 SORTIES NUMÉRIQUES

EXTENSION LIGNE BUS I2C

ETHERNET PASSANT

SORTIE ALARME

ENTRÉE ETHERNET

PRISE ALIM.

Le dispositif se caractérise par une double interface vers l’extérieur. En face avant se trouvent les LED de signalisation de l’alimentation, de l’état du microcontrôleur et de celui de la ligne Ethernet (ces derniers, on le voit sur le schéma électrique, sont gérés directement par le module Ethernet Tibbo EM100). Sur le panneau arrière en revanche sont situés les borniers à deux ou trois pôles des entrées et sorties (analogiques ou numériques) de l’appareil. En outre on trouve le jack d’alimentation (+12 V continu), le connecteur d’extension bus I2C et les deux jacks (en parallèle entre eux) utilisables pour relier l’appareil au réseau local (Ethernet) ou à un PC directement par le port sériel (la sélection du réseau LAN ou de la liaison sérielle se fait par DS1). Notez à ce propos qu’avec le cavalier J1 il est possible de sélectionner si l’on veut amener sur le bornier de sortie le connecteur normalement fermé NC ou normalement ouvert N0 de RL9. Enfin, à travers les ports RB0 à RB5 (broches 33 à 38) du microcontrôleur, est réalisée la connexion bus I2C utilisée, nous l’avons dit, pour étendre le circuit par de nouvelles entrées/sorties numériques et analogiques. Le module Tibbo EM100 (U2), quant à lui, s’interface directement d’un côté au port Ethernet RJ45 et de l’autre au microcontrôleur. La sélection, par DS1, de l’entrée Ethernet ou Sérielle, se fait ainsi : tous les micro-interrupteurs sur ON, U2 est évité et les broches 2 et 4 du port RJ45 (transportant les données) arrivent directement aux ports RC7 et RC6

du PIC. Si l’on sélectionne le mode sériel, il faut couper le EM100 (U2) du circuit et débrancher ce dernier du LAN. En effet, par DS1, le +12 V de l’alimentation est conduit à la broche 1 du connecteur RJ45 : ce niveau de tension pourrait endommager le module et les périphériques reliés au réseau local. Analysons maintenant les sections Input/Output analogiques, figure 2 en bas : la première se compose d’un simple pont (plus une zener de protection) prélevant la tension d’entrée (devant être comprise entre environ 0 V et environ +5 V) et la reportant, pratiquement identique, aux broches 2 à 10 du microcontrôleur lequel, ensuite, la convertit en numérique par un ANC interne. Les deux sorties analogiques sont en revanche constituées d’un convertis-

ELECTRONIQUE

12

magazine - n° 55

Analysons maintenant les sections Input/ Output numériques, figure 3 en haut : les deux sont gérées par le microcontrôleur au moyen d’une ligne bus I2C (broches RD0 et RC3). La liaison bus I2C a déjà été amplement analysée dans ELM, mais rappelons tout de même qu’elle permet de gérer la communication entre divers périphériques en n’utilisant que deux broches (SCL constitue l’horloge et SDA transporte les données). L’adressage des différents dispositifs se fait par une adresse à trois bits (A0, A1, A2). Dans notre circuit, pour la section des entrées numériques on a sélectionné l’adresse 111, pour celle des sorties 000. On le voit sur le schéma, pour les huit Inputs numériques on a choisi d’utiliser autant d’optocoupleurs de façon à isoler galvaniquement les entrées du reste du circuit. En outre, on a inséré les résistances R37 à R44 (dont la valeur sera sélectionnée en fonction du niveau de tension que l’on veut appliquer en entrée : voyez la liste des composants) et les diodes D3 à D10 comme protection des optocoupleurs par rapport aux tensions inverses. En ce qui concerne les sorties numériques, figure 3 en bas, elles commandent l’état des huit relais : on a utilisé un circuit intégré U5 ULN2803 de façon à convertir les niveaux TTL fournis par U4 en niveaux +12 V nécessaires à la commande des relais. En outre, afin d’éviter qu’U5 ne se désactive avant U4 (et plus généralement avant le reste du circuit), on a inséré la section constituée par T1 et C9 dans l’alimentation de U5. Ainsi, après la mise sous tension du circuit, il faut un certain temps pour que C9 se charge et donc que le circuit intégré ULN2803 soit alimenté. Ce mécanisme de retard de l’activation a été monté afin d’éviter qu’à la mise sous tension les entrées de U5 ne prennent des valeurs aléatoires pouvant activer les relais par erreur. En revanche, une fois que les transitoires de mise sous tension du circuit sont passées, les entrées de U5 sont définies par le microcontrôleur et par conséquent les relais sont activés correctement.

DOMOTIQUE

Figure 2 : Schéma électrique général du circuit (en haut), de la section d’Input analogique (en bas à gauche, par commodité, seules les deux entrées E et N sont montrées, les autres étant semblables) et de la section d’output analogique (en bas à droite, on n’a représenté qu’une seule sortie, la O).

ELECTRONIQUE

13

magazine - n° 55

DOMOTIQUE

Figure 3 : Schéma électrique de la section d’Input numérique (en haut, gère les entrées numériques, pour chaque entrée on a utilisé un photocoupleur, la valeur de R37 à R44 doit être déterminée en fonction de la tension maximale que l’on veut appliquer sur les borniers) et de la section d’Output numériques (en bas, gère les huit relais commandant les sorties numériques). Les deux sections utilisent un circuit intégré PCF8574A (U4 et U6) pour gérer les huit IN/OUT directement par ligne bus I2C.

ELECTRONIQUE

14

magazine - n° 55

DOMOTIQUE

Figure 4a : Schéma d’implantation des composants de la platine A du contrôleur domotique par l’Internet. Note : Afin de ne pas occuper trop de place, nous avons réduit à 71 % tous les circuits imprimés de ce montage. Pour obtenir à nouveau l’échelle 1, il vous suffit de les placer sur la glace d’un photocopieur et de presser la touche “A4 –> A3” ou de les agrandir à 141 %. Ces circuits sont disponibles à l’échelle 1, en format .JPG, à l’adresse www.electronique-magazine.com/les_circuits_imprimés.asp.

Figure 4b-1 : Dessin du circuit imprimé de la platine A du contrôleur domotique par l’Internet, côté soudures.

ELECTRONIQUE

15

magazine - n° 55

DOMOTIQUE

Figure 4b-2 : Dessin du circuit imprimé de la platine A du contrôleur domotique par l’Internet, côté composants.

La réalisation pratique L’appareil se compose de deux cartes, la platine A et la platine B. Une fois que l’on a réalisé les deux circuits imprimés double face à trous métallisés (la figure

Liste des composants R1 .............. 4,7 kΩ R2 .............. 470 Ω R3 .............. 470 Ω R4 .............. 470 Ω R5 .............. 470 Ω R6 .............. 470 Ω R7 .............. 470 Ω R8 .............. 470 Ω R9 .............. 4,7 kΩ R10 ............ 4,7 kΩ R11 ............ 47 kΩ R12 ............ 10 kΩ R13 ............ 5,6 kΩ R14 ............ 5,6 kΩ R15 ............ 100 kΩ R16 ............ 100 kΩ R17 ............ 470 Ω 1W R18 ............ 470 Ω 1W C1 .............. 100 nF multicouche C2 .............. 470 µF 25 V électro. C3 .............. 100 nF multicouche C4 .............. 470 µF 25 V électro. C5 .............. 100 nF multicouche C6 .............. 100 nF multicouche C7 .............. 10 pF céramique

4b-1 et 2 et la figure 6b-1 et 2 en donnent les dessins, mais pas à l’échelle 1 : en effet, il faut en faire une photocopie avec un taux d’agrandissement de 141 %), ou qu’on se les est procurés, on monte tous les composants dans un certain ordre en C8 ............. 10 pF céramique C9 ............. 220 µF 35 V électro. C10 ........... 220 µF 35 V électro. C11 ........... 220 µF 35 V électro. D1 ............. 1N4007 LD1............ LED 3 mm jaune LD2............ LED 3 mm verte LD3............ LED 3 mm rouge LD4............ LED 3 mm rouge LD5............ LED 3 mm verte LD6............ LED 3 mm verte LD7............ LED 3 mm rouge U1 ............. régulateur 7805 U2 ............. module Tibbo EM100 U3 ............. PIC16F877-EF493 ................. programmé en usine U4 ............. PCF8574A U5 ............. ULN2803 T1.............. BUZ11 T2.............. BUZ11 T3.............. BUZ11 RL1............ relais12V RL2............ relais12V RL3............ relais12V RL4............ relais12V RL5............ relais12V RL6............ relais12V

ELECTRONIQUE

16

magazine - n° 55

regardant fréquemment les figures 4a, 6a, 5 et 7 et les listes des composants associées. Sur la platine A, tous les composants sont soudés côté composants. RL7...... relais12V RL8...... relais12V Q1 ....... quartz 20 MHz DS1 ..... dip-switch à 4 micro-interrupteurs FUS1.... fusible 1A

Divers : 2 ......... borniers 2 pôles 8 ......... borniers 3 pôles 2 ......... connecteurs RJ45 1 ......... porte-fusible pour circuit imprimé 1 ......... support 2 x 20 1 ......... support 2 x 9 1 ......... support 2 x 8 2 ......... barrettes à 10 pôles femelles au pas de 2 mm 1 ......... barrette à 10 pôles femelle 1 ......... barrette à 12 pôles femelle 1 ......... prise d’alimentation 4 ......... boulons à têtes fraisées 3MA 10 mm

DOMOTIQUE Le montage dans le boîtier La figure 8 montre comment installer les platines une fois terminées dans un boîtier plastique adéquat et comment les interconnecter : les deux platines A et B se superposent et se connectent entre elles grâce aux barrettes à 10 et 12 pôles. Elles se fixent au boîtier avec des vis. La face avant reçoit les sept LED dont les pattes ont dû être rallongées, sauf pour les vertes.

Figure 5 : Photo d’un des prototypes de la platine A du contrôleur domotique par l’Internet.

Le module EM100 se monte sur un support constitué de deux barrettes femelles de dix pôles chacune. Sur la platine B en revanche les barrettes mâles à dix et douze pôles se montent côté soudures. Sur la platine A, les sept LED sont à monter en laissant les pattes assez longues pour qu’elles affleurent derrière la face avant du boîtier (certaines devront même être rallongées), comme le montre la figure 8. Cette face avant est à percer de sept trous de 3 mm de diamètre pour le passage de ces sept LED. Montez tout d’abord les douze supports des circuits intégrés sans les confondre : U3 (PIC16F877-EF493 déjà programmé en usine), U4, U5, FC1 à FC8 et U6. Ensuite, vérifiez bien les soudures (ni court-circuit entre pistes et pastilles, ni soudure froide collée). Montez toutes les résistances sans les intervertir (classez-les au préalable par valeurs et par puissance, R17 et R18 sont des 2 W, R37 à R44 sont à choisir en fonction de la valeur des tensions sur les borniers souhaités, lire plus haut) et le réseau résistif R45. Montez ensuite, platine A, la diode 1N4007 (D1), bague blanche orientée vers U5 et, platine B, les diodes 1N4007 (D2 à D10), bagues blanches vers le haut, comme le montrent les figures 4a et 6a. Montez, platine B, les zeners ZD1 à ZD8, bagues noires vers le haut. Montez, platine A, les sept LED de 3 mm rouges/vertes/jaunes en respectant bien la polarité de leurs pattes (la plus longue est l’anode +).

Montez tous les condensateurs en respectant bien la polarité des électrolytiques (la patte la plus longue est le +). Montez (platine A) le quartz Q1 de 20 MHz couché et pattes repliées à 90°. Montez le régulateur U1 (7805) et les trois transistors T1 à T3, en boîtier TO220, couchés, sans dissipateurs, semelles fixées au circuit imprimé par de petits boulons 3MA. Montez T4 méplat repère-détrompeur tourné vers l’extérieur. Montez le dipswitch à quatre micro-interrupteurs DS1, chiffres vers le bas. Montez le porte-fusible avec son fusible 1 A. Montez (platine A) les relais RL1 à RL8 et (platine B) RL9 de 12 V. Montez tous les borniers à trois et deux pôles des IN/OUT numériques et analogiques et alarme, le socle jack pour l’entrée alimentation et les trois prises RJ45. Montez enfin les deux barrettes femelles de la platine A et les deux mâles de la platine B. Vous pouvez alors enfoncer (platine A) délicatement le circuit intégré PIC dans son support en orientant bien son repère-détrompeur en U vers les LED de la face avant. Enfoncez U4 repère-détrompeur en U vers le bas, U5 repère-détrompeur en U vers la gauche. Platine B : U6 repère-détrompeur en U vers le haut et les huit optocoupleurs repèredétrompeurs vers la droite. Insérez alors (platine A) délicatement le module EM100 dans son support à barrettes, comme le montre la figure 5.

ELECTRONIQUE

17

magazine - n° 55

Si vous pensez utiliser l’appareil au sein d’un LAN, l’opération suivante consiste à programmer le module EM100 : reliez le circuit au réseau local (avant vérifiez que les quatre micro-interrupteurs du dip-switch DS1 ont bien été placés sur OFF) et en utilisant le logiciel Connection Wizard (chargeable sur le site www.tibbo.com), déjà présenté dans ELM, spécifiez l’adresse IP que le dispositif devra prendre à l’intérieur du LAN, le type de protocole à utiliser (TCP/IP), le port TCP que vous voulez utiliser pour la communication, le paramétrage du port sériel (vitesse de transmission 38 400 bits/s, aucune parité, huit bits de données et aucun contrôle de flux) et le mode de fonctionnement Esclave. Essayez alors de vous connecter au circuit, en utilisant le logiciel Contrôle Maison et vérifiez qu’il envoie bien les données lues ou qu’il modifie ses sorties en fonction des commandes envoyées. Si tout fonctionne correctement, vous pouvez connecter les I/O du circuit aux systèmes externes. Si en revanche vous voulez utiliser le dispositif directement avec le port sériel, enlevez le EM100 de la platine A, mettez les quatre micro-interrupteurs du dip-switch DS1 sur ON et reliez le circuit au port sériel du PC par l’intermédiaire d’un convertisseur TTL/RS232. Le logiciel Contrôle Maison fonctionne même avec la connexion sérielle RS232.

DOMOTIQUE

Figure 6a : Schéma d’implantation des composants de la platine B du contrôleur domotique par l’Internet.

Figure 6b-1 : Dessin, à l’échelle 1, du circuit imprimé de la platine B du contrôleur domotique par l’Internet, côté soudures. Attention, le dessin n’est pas à l’échelle 1 : photocopiez-le avec un taux d’agrandissement de 141 % !

Figure 6b-2 : Côté composants. Attention, le dessin n’est pas à l’échelle 1 : photocopiez-le avec un taux d’agrandissement de 141 % !

ELECTRONIQUE

18

magazine - n° 55

DOMOTIQUE

Figure 7 : Photo d’un des prototypes de la platine B du contrôleur domotique par l’Internet.

Liste des composants R19 ......... 4,7 kΩ R20 ......... 47 kΩ R21 ......... 1 kΩ R22 ......... 1 kΩ R23 ......... 1 kΩ R24 ......... 1 kΩ R25 ......... 1 kΩ R26 ......... 1 kΩ R27 ......... 1 kΩ R28 ......... 1 kΩ R29 ......... 1 MΩ R30 ......... 1 MΩ R31 ......... 1 MΩ R32 ......... 1 MΩ R33 ......... 1 MΩ R34 ......... 1 MΩ R35 ......... 1 MΩ R36 ......... 1 MΩ R37 ......... 150 kΩ (230 Vca) R38 ......... 150 kΩ (230 Vca) R39 ......... 150 kΩ (230 Vca) R40 ......... 150 kΩ (230 Vca) R41 ......... 150 kΩ (230 Vca) R42 ......... 150 kΩ (230 Vca) R43 ......... 150 kΩ (230 Vca) R44 ......... 150 kΩ (230 Vca) R37’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R38’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R39’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R40’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R41’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R42’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R43’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R44’ ........ 6,8 kΩ (12 Vcc) R37”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R38”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R39”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R40”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R41”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R42”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R43”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R44”........ 2,2 kΩ (5 Vcc) R45 ......... réseau résistif 100 kΩ C12 ......... 4,7 µF 100 V électro. C13 ......... 4,7 µF 100 V électro. C14 ......... 4,7 µF 100 V électro. C15 ......... 4,7 µF 100 V électro.

C16 ......... 4,7 µF 100 V électro. C17 ......... 4,7 µF 100 V électro. C18 ......... 4,7 µF 100 V électro. C19 ......... 4,7 µF 100 V électro. D2 ........... 1N4007 D3 ........... 1N4007 D4 ........... 1N4007 D5 ........... 1N4007 D6 ........... 1N4007 D7 ........... 1N4007 D8 ........... 1N4007 D9 ........... 1N4007 D10 ......... 1N4007 ZD1 ......... zener 5,1 V ZD2 ......... zener 5,1 V ZD3 ......... zener 5,1 V ZD4 ......... zener 5,1 V ZD5 ..............zener 5,1 V ZD6 ..............zener 5,1 V ZD7 ..............zener 5,1 V ZD8 ..............zener 5,1 V U6 ................PCF8574A FC1...............4N25 FC2...............4N25 FC3...............4N25 FC4...............4N25 FC5...............4N25 FC6...............4N25 FC7...............4N25 FC8...............4N25 T4.................BC547 RL9...............relais 12 V Divers : 17 . borniers 2 pôles 1 ... connecteur RJ45 1 ... support 2 x 8 8 ... supports 2 x 3 1 ... barrette 3 pôles mâle 1 ... cavalier 1 ... barrette 10 pôles mâle longue 1 ... barrette 12 pôles mâle longue 4 ... entretoises 20 mm 4 ... vis à tête fraisée 3 MA 10 mm avec écrous La valeur des résitances R37 à R44 dépend de la tension maximale qui sera appliqué sur les entrées numériques.

ELECTRONIQUE

19

magazine - n° 55

Figure 9 : Le logiciel, que nous présenterons ultérieurement avec le protocole de communication et l’extension des sorties analogiques, permet de réaliser, au moyen du contrôleur I/O LAN, un système de gestion domotique complet pour une maison. Le logiciel est en mesure de gérer des liaisons par l’Internet basées sur le protocole TCP/IP et sérielles par PC.

DOMOTIQUE À suivre Dans la seconde par tie, nous nous occuperons du logiciel et de l’exten◆ sion bus I2C.

Comment construire ce montage ? Tout le matériel nécessaire pour construire ce contrôleur domotique par l’Internet ET493 est disponible chez certains de nos annonceurs. Voir les publicités dans la revue.

Figure 8 : L’installation des deux platines dans le boîtier. On voit comment placer les sept LED en face avant et comment les deux platines se superposent (les interconnexions se font par barrettes à 10 et 12 pôles dont les parties mâle et femelle sont respectivement montées sur la platine supérieure B et la platine inférieure A).

Les typons des circuits imprimés sont sur www.electronique-magazine .com/ci.asp. Les composants programmés sont disponibles sur www.electroniquemagazine.com/mc.asp.

Figure 11 : La sélection liaison Ethernet ou sérielle. Le circuit peut être relié à un PC par une liaison Ethernet au protocole TCP/IP ou par une connexion sérielle RS232. Dans les deux cas, on utilise le jack Ethernet/Sérielle au format RJ45 du circuit : donc si l’on utilise une connexion LAN, le câble provenant du réseau est à connecter directement au connecteur RJ45, si en revanche l’on choisit la connexion sérielle il faut utiliser un convertisseur RJ45/RS232 (par exemple l’interface sérielle présentée dans l’article ET469-475, un localiseur GPS, du numéro 45 d’ELM page 60). La sélection de l’un ou l’autre mode se fait par les quatre microinterrupteurs du dip-switch DS1 : tous sur OFF c’est la liaison par le réseau Ethernet qui est sélectionnée (le module Tibbo EM100 est mis en service), tous sur ON c’est la connexion par ligne sérielle qui est sélectionnée (les données entrantes sont aiguillées directement vers le microcontrôleur). Il est capital qu’en cas de sélection du mode sériel le module EM100 soit physiquement coupé du circuit et que l’appareil ne soit, sous aucun prétexte, relié au LAN : dans le cas contraire on risque d’endommager le EM100 ou les périphériques reliés au LAN. Nous vous conseillons donc, lors du passage d’un mode à l’autre, d’éteindre le circuit, d’insérer ou d’éteindre le EM100, de paramétrer les quatre micro-interrupteurs du dip-switch DS1, de relier correctement le dispositif au LAN ou au port sériel, puis de rallumer l’appareil.

Figure 10 : Cas classique d’utilisation d’un routeur ADSL. Pour que l’on puisse toujours atteindre l’appareil, il est nécessaire qu’il soit toujours relié à l’Internet. La figure illustre le cas classique d’utilisation d’un routeur ADSL. Afin de protéger l’éventuel réseau LAN, les routeurs ADSL utilisent deux techniques : la première prévoit que, par défaut, le routeur n’accepte les demandes de connexions extérieures sur aucun port TCP. Au moyen de programmes de configuration fournis avec les routeurs il est possible “d’ouvrir” des ports déterminés de telle façon que le routeur accepte et sache comment aiguiller sur le LAN certaines connexions externes (pour plus d’informations voyez le manuel de votre routeur ADSL). La seconde, la NAT (Network Address Translation), permet de “cacher” pour l’extérieur la configuration du réseau local. Ce qui signifie que pour accéder à distance aux dispositifs reliés au LAN, il n’est pas nécessaire d’adresser l’IP local (192.168.0.3 dans notre exemple) mais bien l’IP externe du routeur (81.120.32.21, donné par le fournisseur ADSL). C’est ensuite le routeur qui, en fonction de ses propres tables de routage, sait comment atteindre l’appareil.

ELECTRONIQUE

20

magazine - n° 55

SÉCURITÉ ET501

Un détecteur de fumée, de gaz ou de liquide à transmission téléphonique Le coût élevé des primes d’assurance incite chacun d’entre nous à prendre un maximum de précautions pour éviter le pire. Par exemple, le garage attenant à la maison, la piscine dont le niveau se trouve au-dessus des pièces les plus basse, la cuve de gaz du chauffage sont d’importantes sources de risque. Voici un émetteur radio codé, intégré dans un détecteur de fumée dans cet article, qui sera chargé de transférer le signal d’alarme à une centrale anti-incendie/antivol fonctionnant par radio. Cette description est facilement adaptable à n’importe quel détecteur ou capteur de débordement de liquide ou de fuite de gaz.

de mètres. Si quelqu’un est présent dans l’habitation ou dans le voisinage, il pourra intervenir et prendre les mesures qui s’imposent. Dans ce cas, le capteur seul suffit à garantir un bon niveau de sécurité. Par contre, si personne ne se trouve dans l’habitation, le capteur seul ne suffit plus. Dans ce cas, le signal d’alarme devra activer une centrale feu/vol comme, par exemple, le “Système d’alarme domestique modulaire deux zones” ET423 décrit dans le numéro 38 d’ELM, capable de retransmettre l’alarme à l’usager ou à une société de sur veillance par téléphone fixe ou portable. De ce point de vue, le système pourra être ultérieurement étendu en utilisant le “Transmetteur GSM d’alarme” ET420 décrit dans le numéro 36 d’ELM : il envoie des SMS d’alarme. Pour que l’alarme soit transmise, détecteur et centrale doivent être reliés.

ans cet ar ticle, nous allons voir comment transformer un classique capteur d’incendie en émetteur radio d’alarme-feu transmettant une éventuelle situation de danger à une centrale d’alarme sans fil. Nous allons, dans cet exemple, modifier un détecteur de fumée à batterie de faible coût ER207, mais tout ce que nous allons dire reste valable pour n’impor te quel autre capteur d’incendie, de débordement de liquide ou de fuite de gaz (il faudra seulement modifier légèrement le circuit de façon à l’adapter aux divers cas par ticuliers). En général, ces détecteurs sont fournis pour une utilisation autonome, ils sont donc en mesure de détecter les situations de danger et de les signaler par un diffuseur acoustique d’alarme de for te intensité, perceptible dans un rayon de quelques dizaines

ELECTRONIQUE

22

magazine - n° 55

SÉCURITÉ Dans le système que nous avons mis au point, la liaison est réalisée via radio car, nous a-t-il semblé, dans une telle situation une liaison par l’éther est la solution la plus commode et la plus efficace. Avant d’étudier le schéma électrique du montage, il est impor tant d’analyser le fonctionnement du détecteur de fumée que nous avons mis en œuvre : il est constitué par un capteur à chambre d’ionisation (voir figure 3), d’un buzzer d’alarme et d’un circuit intégré A5367CA Allegro Microsystems capable de piloter le capteur de fumée et de gérer toutes les autres fonctions du dispositif, de la vérification de l’état de la batterie interne au pilotage de la LED de signalisation et du buzzer d’alarme. Le plus intéressant pour nous est justement le fonctionnement du A5367CA, en par ticulier les signaux présents sur les broches de sor tie en cas de dépassement du seuil d’alarme. Si nous regardons le brochage du circuit intégré, nous voyons que la broche 2 est un I/O : la table des caractéristiques indique que cette broche peut être utilisée pour connecter en série plusieurs détecteurs de fumée. En effet, quand un capteur détecte la présence de fumée, le A5367CA déclenche la sirène et met à l’état logique haut sa broche d’I/O. Par conséquent toutes les unités connectées en aval détectent cet état haut sur leur entrée et, après un temps de retard nominal d’environ trois secondes, eux aussi déclenchent leur sirène. Ce mécanisme a été utilisé dans notre montage pour savoir si le détecteur a reconnu une situation dangereuse. L’entrée de notre émetteur radio est en effet reliée à la broche 2 du A5367CA : ainsi, le circuit est en mesure de reconnaître la détection de fumée et le déclenchement de l’alarme. Une autre caractéristique intéressante du détecteur est la présence de la batterie de 9 V fournissant l’alimentation : cette tension est utilisée pour alimenter aussi notre circuit. Si, en revanche, on désire utiliser le circuit avec d’autres capteurs fonctionnant sur secteur 230 V ou avec un autre niveau de tension, il faudra prévoir un convertisseur 230 Vac/9 Vdc ou bien munir le circuit de sa propre pile 9 V. En ce qui concerne la section émission radio du montage, nous

Figure 1 : Grâce à ses dimensions très réduites, le montage que nous vous proposons prend place sans peine dans à l’intérieur du détecteur. Pour l’alimenter, nous utilisons une pile ou une batterie rechargeable 6F22 de 9 V (elle alimente aussi le détecteur). La gestion du détecteur est réalisée par un circuit intégré A5367CA de Allegro MicroSystems Inc.

avons utilisé un module Aurel TX433SAW fonctionnant sur la fréquence de 433,92 MHz : nous l’avons choisi parce que c’est un émetteur SAW avec antenne externe et qu’il est idéal pour des applications prévoyant l’envoi de données numériques. Le module est, en effet, en mesure de moduler selon la technique ON/OFF une por teuse HF. Bien sûr, comme prévu dans notre Alarme modulaire à deux zones, dans la centrale de gestion on devra utiliser un module récepteur calé sur la même fréquence. Enfin, pour permettre de relier plusieurs capteurs à une seule centrale de contrôle et permettre à celle-ci de reconnaître quel détecteur a donné l’alarme, nous avons, dans ce montage, un codeur MC145026 Motorola. Ainsi, chaque capteur est caractérisé par un code univoque permettant son identification. En réception, à l’intérieur de la centrale, il faudra donc utiliser un décodeur permettant d’obtenir le code univoque du détecteur qui a donné l’alarme (pour cela on pourra utiliser un circuit intégré

ELECTRONIQUE

23

magazine - n° 55

MC145027 Motorola ou, comme dans notre “Système d’alarme domestique modulaire deux zones” ET423, on pourra utiliser un microcontrôleur dédié exclusivement à l’opération de décodage). Avant de passer à l’analyse du schéma électrique, rappelons que, jusqu’à présent, nous avons toujours fait référence au cas où le circuit serait utilisé pour transmettre une alarme d’incendie. En réalité, le circuit peut tout aussi bien être utilisé pour une foule d’autres applications où il est nécessaire de sur veiller la valeur logique d’un signal et de transmettre par radio une impulsion d’alarme codée associée à ce même signal.

Le schéma électrique Le schéma électrique de la figure 2 montre deux circuits intégrés U1 et U2 et un transistor T1. U1 est le codeur Motorola MC145026 et U2 le module Aurel TX433SAW. Commençons par ce dernier : il est utilisé

SÉCURITÉ et R4. Ainsi, la base de T1 devient haute, la masse est acheminée sur les broches VSS de U1 et U2 qui s’activent, alors le code sélectionné par A1 à A9 est produit et envoyé au format sériel sur la broche OUT de U1 et U2 le transmet à travers son antenne. Une fois C1 chargé (avec les valeurs que nous proposons il faut environ trois secondes), il devient un circuit ouver t. Par conséquent, dans R3 et R4 ne passe plus aucun courant, la base de T1 redevient basse et donc l’alimentation de U1 et U2 est coupée, ce qui interrompt l’émission. L’alimentation du circuit arrive au bornier + et – : nous avons dit déjà qu’il faut une tension de 9 V et qu’elle est fournie par la pile ou batterie rechargeable 6F22 de 9 V présente dans le détecteur. Dernier point, voyons comment on peut paramétrer l’un des 19 683 codes possibles : la sélection se fait en reliant au +9 V, à la masse ou à rien (libre) les neuf broches A1 à A9.

Figure 2 : Schéma électrique de l’émetteur radio pour détecteur de fumée.

pour émettre via l’éther, sur une porteuse à 433,92 MHz modulée en amplitude et rayonnée par l’antenne (reliée à la broche 11), toutes les données numériques présentes sur la broche 2 d’entrée IN. U1 est, lui, un codeur de neuf lignes de données à trois niveaux (broches A1 à A9, broches 1 à 7, 9,10), données transmises sériellement et présentes sur la broche 15 OUT. Il est impor tant de souligner que l’émission n’est habilitée que lorsque la broche 14 TE est au niveau logique bas. Chacune des neuf lignes A1 à A9 peut être codée selon une logique ternaire (basse, haute ou ouver te/ haute impédance) : il est donc possible de paramétrer jusqu’à 3 puissance 9 = 19 683 codes différents. Chaque état ternaire est codé au moyen d’impulsions : un 0 logique est représenté par deux brèves impulsions consécutives, un 1 logique par deux impulsions consécutives plus longues et l’état ouver t/haute impé-

dance par une impulsion longue suivie d’une cour te. Dans l’introduction nous avons dit que la signalisation d’alarme est détectée directement par la broche 2 du A5367CA situé dans le détecteur : cette ligne est acheminée au bornier IN du circuit (attention de ne pas faire la confusion entre la broche IN du circuit et celle du module émetteur U2). Tant que le bornier IN du circuit est au niveau logique 0, U1 et U2 ne sont pas alimentés. En effet, la base de T1 est maintenue basse par la résistance de “pull down” R4 (en continu C1 équivaut à un circuit ouver t). Par conséquent les broches VSS de U1 et U2 sont déconnectées de la masse. En conclusion, pendant que le bornier IN est au niveau logique 0, la transmission du code A1 à A9 n’est pas réalisée. Quand le bornier IN devient haut (condition indiquant l’alarme), C1 commence à se charger à travers R3

ELECTRONIQUE

24

magazine - n° 55

Au cours de la construction, il faudra donc choisir un code pour le circuit et réaliser les soudures correspondantes, comme le montre la figure 8. Si l’on veut utiliser plusieurs dispositifs utilisant un codeur MC145026, il faudra prendre soin de bien sélectionner pour chacun un code propre qui le distingue des autres de manière univoque à l’intérieur du système.

La réalisation pratique Nous pouvons maintenant passer à la construction de l’appareil. Le circuit tient sur un petit circuit imprimé : la figure 5b en donne le dessin à l’échelle 1. Vous pouvez le réaliser vous-même par la méthode indiquée dans le numéro 26 d’ELM. Quand vous avez devant vous le circuit imprimé gravé et percé, montez-y les quelques composants dans un cer tain ordre (en ayant constamment sous les yeux les figures 5a, 6, 7 et 8 et la liste des composants). Commencez par monter le suppor t du circuit intégré : soudez-le et vérifiez vos soudures (pas de cour t-circuit entre pistes et pastilles ni soudure froide collée). Le module U2,

SÉCURITÉ lui, se monte debout sans suppor t et sans autre fixation que les soudures de ses pattes. Montez ensuite toutes les résistances debout sans les inter ver tir (triezles d’abord par valeurs). Montez la diode D1 1N4007 couchée en orientant soigneusement sa bague repère-détrompeur vers R4. Montez les quatre condensateurs (en ayant soin de respecter la polarité des deux électrolytiques, leur patte la plus longue est le +). Montez le transistor T1, méplat repère-détrompeur tourné vers l’extérieur de la platine. Montez enfin le module U2 debout, comme on l’a dit plus haut. Vérifiez que vous n’avez rien oublié et contrôlez encore une fois toutes vos soudures. Insérez le circuit intégré U1 dans son suppor t, repère-détrompeur en U orienté vers CI/C4. Le montage de la platine étant terminé, passons maintenant aux connexions avec l’extérieur et de l’antenne émettrice. Pour cela, utilisez quatre morceaux de fils de dif férentes couleurs (rouge et noir pour l’alimentation + et –, bleu pour se connecter à la broche 2 du A5367CA [borne IN du circuit] et pour réaliser l’antenne émettrice). Les figures 6 à 8 montrent comment souder ces quatre fils sur le circuit (notez que, parmi les deux bleus, celui qui constitue l’entrée IN est le voisin du fil noir, l’antenne est en revanche réalisée avec le fil bleu disposé le long du grand côté du circuit imprimé). En ce qui concerne l’antenne, justement, nous avons choisi d’utiliser un quar t d’onde : l étant la longueur d’onde, c la vitesse de la lumière (3.10 puissance 8 m/s) et f la fréquence (433,92 MHz) de l’onde électromagnétique utilisée pour l’émission, on a : l = 300 : f soit 300 : 433,92 = 0,69 et l : 4 = 0,69 : 4 = 0,17 soit un brin quar t d’onde de 17 cm. L’opération suivante consiste à relier le circuit à la broche 2 du A5367CA et à la batterie 9 V.

Figure 3 : Technologie des détecteurs d’incendie. Il existe trois catégories différentes de détecteurs d’incendie, dont le fonctionnement est basé sur trois technologies différentes : - à cellule photoélectrique, - à chambre d’ionisation, - à thermistances. Les deux premières techniques utilisent une petite quantité d’un élément métallique radioactif, l’américium 241. Le choix de ce métal particulier vient de ce qu’un détecteur contenant de l’américium peut distinguer la fumée d’une cigarette de celle d’un début d’incendie, les reflets d’une flamme de ceux du soleil. Il peut en outre reconnaître des incendies produisant des fumées transparentes. Enfin, il est en mesure de reconnaître le degré de gravité d’un incendie. Le détecteur à cellule photoélectrique, comme son nom l’indique, est bâti autour d’une cellule photoélectrique, soit un dispositif électronique particulier tel que, s’il est frappé par des rayons lumineux, il produit du courant. Dans les détecteurs, la cellule est toujours maintenue isolée de la lumière ambiante de telle manière que, si l’air est limpide, les rayons lumineux provenant de l’extérieur n’ont aucune influence sur le système. En revanche, en cas d’incendie, les particules de fumée entrant dans le détecteur réfléchissent une partie des rayons lumineux vers la cellule photoélectrique laquelle, en s’activant, produit un courant déclenchant la sirène d’alarme du système de sécurité. Les capteurs à chambre d’ionisation ont déjà 50 ans : leur fonctionnement est basé sur le rayonnement alpha (le plus faible) émis par l’américium. Ce métal radioactif est logé dans une chambre d’ionisation : elle est formée de deux disques de métal reliés aux deux pôles d’une batterie qui les tient chargés. Un des deux disques est percé et l’américium est situé à proximité du trou. Ainsi, les particules alpha émises par l’élément radioactif pénètrent dans l’aire comprise entre les deux disques, où elles entrent en collision avec les molécules d’azote et d’oxygène de l’air : ces molécules sont donc ionisées, ce qui produit des charges positives et négatives. Les charges, attirées par les disques polarisés électriquement, créent un petit courant. Tout cela arrive si l’air est limpide, mais en revanche si un incendie est déclaré, les particules de fumée, s’ionisant à leur tour, attirent les ions précédemment formés. Par conséquent le courant cesse complètement : cette irrégularité produit le déclenchement de l’alarme. Enfin, les détecteurs à thermistances se basent sur des concepts théoriques plus simples, mais ils n’en sont pas moins efficaces. Le circuit électronique contrôlé par thermistance permet une évaluation précise de la température de l’air autour du détecteur, ce qui permet la détection des incendies. Le concept fondamental sur lequel il est basé est qu’en absence d’incendie la température de l’air (et donc l’impédance de la thermistance) se maintient à une valeur constante. En revanche, en présence d’un éventuel incendie, la température de l’air autour du détecteur augmente et par conséquent l’impédance de la thermistance diminue. Ce mécanisme est interprété par le circuit comme un incendie et le détecteur donne l’alarme.

La figure 7 montre, pour le détecteur que nous avons utilisé, en quels

ELECTRONIQUE

25

magazine - n° 55

SÉCURITÉ Figure 4 : Divers types de détecteurs d’incendie et de fuite de gaz.

Détecteur de fumée à batterie Capteur à rappor t prix/prestations optimal, fonctionne avec une batterie de 9 V. Indiqué pour incendie à propagation rapide. Basé sur la technologie à chambre d’ionisation. Muni d’une LED de signalisation, d’un poussoir de test, d’un indicateur de batterie déchargée, d’un buzzer d’alarme à 85 dB.

Détecteur de fumée à batterie longue durée Grâce à la batterie de 9 V, il permet une autonomie d’environ 10 ans. Facile à installer, muni d’un circuit de test et inhibition temporaire du capteur. Basé sur la technologie à chambre d’ionisation. Muni d’une LED de signalisation et d’un buzzer d’alarme à 85 dB.

Figure 5a : Schéma d’implantation des composants de la platine de l’émetteur radio pour détecteur de fumée.

Liste des composants

Détecteur photoélectrique de fumée à batterie Basé sur un capteur photoélectrique, grâce à l’emploi de cette technologie, il est indiqué pour des incendies à combustion lente. Fonctionne avec une batterie de 9 V. Muni d’une LED de signalisation, d’un circuit de test, d’un poussoir d’inhibition temporaire, d’un indicateur de batterie déchargée et d’un buzzer à 85 dB.

Détecteur de fumée à batterie pour cuisine et garage Basé sur un capteur de technologie à thermistance. Grâce à sa remarquable immunité aux fausses alarmes, il est indiqué pour les cuisines et les garages. Fonctionne avec une batterie de 9 V, dispose d’une LED de signalisation, d’un circuit de test, d’un poussoir d’inhibition temporaire, d’un indicateur de batterie déchargée et d’un buzzer à 85 dB.

R1 ............ 10 kΩ R2 ............ 10 kΩ R3 ............22 kΩ R4 ............100 kΩ R5 ............ 47 kΩ R6 ............100 kΩ C1 ............100 µF 16 V électrolytique bas profil C2 ............4700 pF céramique C3 ............100 µF 16 V électrolytique bas profil C4 ............100 nF multicouche D1 ............1N4007 T1.............BC547 U1 ............MC145026 U2 ............TX433SAW Divers : 1 ..............support 2 x 8 1 ..............morceau de fil (longueur 17 cm)

Détecteur photoélectrique de fumée sur secteur 230 V Basé sur un capteur photoélectrique. Dispose d’une alimentation secteur avec batterie de “backup”. Indiqué pour détecter des incendies à combustion lente. Facile à installer grâce à la platine de fixation encastrable. Dispose d’une double LED de signalisation, d’un circuit de test et d’un buzzer à 85 dB.

Figure 5b : Dessin, à l’échelle 1, du circuit imprimé de l’émetteur radio pour détecteur de fumée.

Détecteur de monoxyde de carbone à batterie Fonctionne avec une batterie de 9 V, est en mesure de signaler par une sirène puissante la présence de CO (monoxyde de carbone). Compact, facile à installer, capteur actif en permanence, poussoir de test et “reset”, LED de signalisation, indicateur de batterie déchargée et buzzer d’alarme à 85 dB.

Détecteur de méthane sur secteur 230 V Il est en mesure de signaler la présence de fuite de méthane. Seuil d’alarme réglé au niveau de 25 % LEL (Low Explosive Level). Muni de trois LED de signalisation, d’un poussoir de test et d’un buzzer d’alarme à 85 dB.

ELECTRONIQUE

26

magazine - n° 55

Figure 6 : Photo d’un des prototypes de la platine de l’émetteur radio pour détecteur de fumée.

SÉCURITÉ points réaliser les soudures entre le circuit électrique du capteur et les trois câbles provenant de notre montage : en par ticulier les fils noir et rouge sont à souder en correspondance avec les fils de même couleur provenant de la batterie. Le fil bleu est à souder, lui, en correspondance

avec la broche 2 du circuit intégré A5367CA (pour le trouver, suivez la piste de cuivre).

masse, au +9 V ou en laissant ouvertes (condition de haute impédance) les neuf broches A1 à A9 de U1.

Avant de clore ce chapitre, il nous reste à paramétrer le code Motorola (parmi les 19 683 possibilités). Le paramétrage se fait en reliant à la

Par conséquent, une fois que vous avez sélectionné le code, vous devez réaliser des “straps” avec des gouttes de tinol entre les pastilles de cuivre ou laisser ouver tes les broches 1 à 7, 9, 10 du MC145026, comme le montre la figure 8. Ceci fait, le montage est terminé. La platine étant très petite, vous pouvez l’insérer facilement dans le capteur (du moins ce fut le cas avec le capteur de fumée que nous avons utilisé). Rappelons que la por tée maximale du module émetteur est d’environ 100 à 150 mètres en théorie : en pratique elle risque d’être plus faible à cause des obstacles, des perturbations diverses, etc. Nous vous suggérons de tenir compte de ce facteur lors du positionnement des détecteurs par rappor t à la centrale : dans tous les cas, faites un essai de portée préalable avant toute installation définitive. ◆

Comment construire ce montage ?

Figure 7 : La photo montre les points du circuit du détecteur que nous avons utilisé auxquels il faut se connecter. Les fils rouge et noir sont ceux de l’alimentation (respectivement + et –), le fil bleu est à relier à la broche 2 du A5367CA correspondant au bornier IN du circuit.

Tout le matériel nécessaire pour construire cet émetteur radio pour détecteur de fumée ET501 est disponible chez cer tains de nos annonceurs. Voir les publicités dans la revue. Les typons des circuits imprimés sont sur www.electronique-magazine .com/ci.asp.

Figure 8 : Pour paramétrer le code de l’émetteur, il est nécessaire de réaliser des “strap” avec des gouttes de tinol sur les emplacements indiqués sur la photo en fonction du code choisi.

ELECTRONIQUE

27

magazine - n° 55

/"1/ ÊÊ6 "Ê /ʽ1 "‡6 " DENOMBREUXKITSDISPONIBLES !COMMANDERDIRECTEMENTSURWWWCOMELECFR

(0,66,215(&(37,21

(0(77(85&$1$8; 0:$*+=

$17(11(*3 /MNIPOLARVERTICALE GAIND"I HAUTEURCM `

(0(77(85*+= (70:&$1$8;

3$5$%2/(6*5,//$*e(6*+= !CIERINOXYDABLE CONNECTEUR.MÉLE PUISSANCEMAX7 IMPÎDANCE7

!.43$ GAIND"I DIMXCM  KG ` !.43$ GAIND"I DIMXCM KG E

$17(11(3$7&+SRXUODEDQGHGHV*+] #ETTEANTENNEDIRECTIVEPATCHOFFREUNGAINDE D"%LLESUTILISE ENRÎCEPTIONAUSSIBIENQUENÎMISSIONETPERMETDAUGMENTER CONSIDÎRABLEMENTLAPORTÎEDESDISPOSITIFS248TRAVAILLANTSURDES FRÎQUENCES/UVERTUREANGULAIREªHORIZONTALE ªVERTICALE  'AIN D"#ÉBLEDECONNEXION2'#ONNECTEUR3-!)MPÎ DANCE7 $IMXXMM0OIDSG

!.4 ('  !NTENNEPATCH `

$17(11(3$7&+'(%85($8AVECSUPPORTDETABLE GAIN

!LIMENTATION 6$#&RÎQUENCES Ë  '(Z3ÎLECTIONDESFRÎQDIP SWITCH 3TÎRÎOAUDIOET ET -(Z 

48 '  %METTEURMONTÏM7 ` 48 '  %METTEURMONTÏM7  `

9(56,21&$1$8; !LIMENTATION 6$# &RÎQUENCES Ë '(Z 3ÎLECTIONDESFRÎQUENCESDIP SWITCH 3TÎRÎOAUDIOET ET-(Z 

48 '  %METTEURMONTÏ `

5e&(37(85&$1$8;*+= !LIMENTATION 6$#CANAUXMAX 6ISUALISATIONCANAL,%$ 3ÎLECTIONCANALPOUSSOIR OPTIONSCANNER 3ORTIESAUDIO  ET -(Z

XCM POLARISATION(OU6 OUVERTUREªXª POIDS KG 28 '  2ÏCEPTEURMONTÏ ` 28 ' #3 6ERSIONSCANNER  AVECFRÏQUENCESAUCHOIX  `

!NTENNEPATCH `

$17(11(6´%28',1µ*+=

&$1$8;

!.4 342!NTENNEDROITEx `

!LIMENTATION 6$# 3ÎLECTIONCANALDIP SWITCH 3ORTIESAUDIOAUDIOET ET-(Z 

!.4 '!NTENNECOUDÏEx `

%2  %METTEURCANAUX   '(Z  `

(0(77(85&$1$8; 0:$*+= -ODULE ÎMETTEUR AUDIOVIDÎO OFFRANT LA POSSIBILITÎËLAIDEDUN CAVALIER DE TRAVAILLER SUR  FRÎQUENCES DIFFÎ RENTES    

    '(Z  0UISSANCEDESORTIE M7SOUS7 %NTRÎEAUDIO6PPMAX !LIMENTATION6CC,IVRÎSANSANTENNE

%2  %METTEURCANAUX   '(Z M7  `

D" CONNECTEUR.FEMELLE PUISSANCEMAXIMALE7ATTS$IMENSIONSX !.4 

-ODULEÎMETTEURAUDIOVIDÎOOFFRANTLAPOSSIBI LITÎËLAIDEDUNCAVALIER DE TRAVAILLER SUR  FRÎQUENCES DIFFÎRENTES    

    '(Z  0UISSANCEDESORTIE M7SOUS7 %NTRÎE AUDIO  6PP MAX !LIMENTATION 6CC ,IVRÎ SANS ANTENNE

5e&(37(85&$1$8;*+= 2ÎCEPTEUR AUDIOVIDÎO ALIMENTÎ EN 6 LIVRÎ AVEC BOÓTIERETANTENNE)LDISPOSEDE CANAUX SÎLECTIONNABLES        '(Z ËLAIDE DUN CAVALIER 3ORTIE VIDÎO  6PP SOUS73ORTIEAUDIO6PPMAX

28 '  2ÏCEPTEURMONTÏ  `

$03/,:j*+]!LIMENTATIONË6 'AIND"0MAX 7&INË-(Z !-0 ' 7x,IVRÏMONTÏETTESTÏ  `

81180e5,6(859,'e2­(175e(6 $ 9 ( &

'e7(&7,21'(0289(0(17 #E SYSTÑME VIDÎO NOIR ET BLANC COMPACT EST CAPABLE DE NUMÎRI SER QUATRE ENTRÎES VIDÎO ET DE LES ENVOYER SÎQUENTIELLEMENT Ë UN ORDINATEUR AU MOYEN DUNE LIAISON SÎRIELLE )L DISPOSE DES FONCTIONS 15!$ ET h-/4)/. $%4%#4/2v DÎTECTEUR DE MOUVEMENT NUMÎRIQUE AVEC RÎGLAGE DE LA SENSIBILITÎ

 E

%4 +ITNUMÏRISEURVIDÏOENTRÏESAVECSOFT  MAISSANSLEMODULE%4  » %4 -ODULENUMÏRISEURMONTÏENUSINE »

 E

81&20087$7(85$8',29,'e2(175e(6

&25'2160$0Ç/(60$0Ç/( #/2$/. #MÒTRE  `

$33/,&$7,219,'e2 ),/75(e/(&7521,48( 32850$*1e726&23(6 %N CAS DE DUPLICATION DE VOSIMAGESLES PLUS PRÎCIEU SES ILESTIMPOR TANTDAPPOR TERUNFILTRAGE CORRECTIF POUR RÎGÎNÎRER LES SIGNAUX AVANT DUPLICATION &ONCTIONNE EN 0!, COMME EN 3%#!-#ORRECTIONAUTOMATIQUEDESSIGNAUX VIDÎO0ERMETAUSSILACOPIEDES$6$%NTRÎE  SOR TIE PAR FICHES 0%2)4%, !LIM  6

%.  +ITCOMPLETAVECBOÔTIER `

%2,IVRÏMONTÏAVECBOÔTIERETANTENNE `

7,75(86(9,'e232859269$&$1&(6 !LAIDEDECESDEUXPRODUITSVOUSPOURREZSOUS TITRER TOUSVOSFILMS,ESMODULES/3$ET'%. ,/#+ LIVRÎS AVECUNPROGRAMMEDEGESTION0# VOUSPERMETTRONT DEPERSONNALISERVOSFILMSAVECLESTEXTESDE VOTRECHOIXOUDESINSCRIPTIONSCOMMELADATE ETLHEURE ,EMODULE/.3#2%%.$)30,!9 %4+ ESTIDÎALPOURSUPERPOSERUN TEXTEFIXEËTOUTESOURCEVIDÎO CAMÎS COPE 6#2 ETC%XEMPLEh#!.!2)%3v

h6!#!.#%3%4%v ,ACARTEDEBASE POURLACONNEXIONAU0#%4 COMPRENDLECORDON SÎRIE$"AINSIQUELEPROGRAMMEDEGESTIONCON UPOUR 7INDOWS

%4 -ODULE/3$  ` %4 #ARTEDEBASEPOURCONNEXIONAU0#   `

$9(&%$/$
View more...

Comments

Copyright © 2017 KUPDF Inc.
SUPPORT KUPDF